CoalitionNationaleTunisienneContreLaPeineDeMort

24 octobre, 2008

التحالفات العربية في اليوم العالمي لمناهضة عقوبة الإعدام

Classé sous Non classé — cntcpm @ 11:58

  • 2008/10/10

لا للمس بالحق في الحياة ،لا لعقوبة الإعدام

 

التحالفات العربية في اليوم العالمي لمناهضة عقوبة الإعدام

 

يحتفل العالم في العاشر من أكتوبر الحالي باليوم العالمي لمناهضة عقوبة الإعدام والذي يأتي كتتويج لنضالات وممارسات قام بها نشطاء حقوق الإنسان والعمل المدني أفرادا ومؤسسات سعيا إلي إلغاء عقوبة الإعدام من التشريعات المحلية والدولية مع استبدالها بعقوبات أخرى مناسبة في الحالات الضرورية التي تستوجب فيها الجريمة أشكالا من العقاب الواجب.

وقد جرى الاهتمام باليوم العالمي لمناهضة عقوبة الإعدام في إطار دعوة تهدف لتذكير المجتمع الإنساني خاصة في المنطقة العربية بضرورة إعادة النظر في استخدام عقوبة الإعدام والحكم بها لكونها تشكل ذروة انتهاك حقوق الإنسان باعتدائها على حقه في الحياة اقتناعا بان الخطأ(إن وجد) لا يجب أن يقابل بخطأ أكثر ضراوة وخطورة على الأفراد بل يتعين على الدولة إرساء أسس متينة في علاقتها بالمواطن وتقوم بالأساس على رفض كافة أشكال العنف الموجه والممنهج، وخاصة وأن تنفيذ عقوبة الإعدام غالباً ما تقع على السياسيين والحزبيين والمختلفين في الرأي مع السلطات الحاكمة.

وقد نجحت الجهود المدنية في إلغاء عقوبة الإعدام في (137) دولة (وفقا لتقرير منظمة العفو الدولية 2007) بما يدفعنا إلى مطالبة الحكومات العربية بالسعي من أجل تعديل منظومة التشريع الجنائي الوطنية بما يضمن إلغاء هذه العقوبة، إضافة إلى التصديق على البروتوكول الاختياري الثاني الملحق بالعهد الدولي الخاص بالحقوق المدنية والسياسية المتعلق بإلغاء عقوبة الإعدام وكذلك التصديق على النظام الأساسي للمحكمة الجنائية الدولية مع اعتماد سياسة جنائية عادلة ترتكز على ضمان حقوق السجناء في المحاكمات العادلة وفق قانون يتوافق مع العهود والمواثيق الداعمة لحقوق الإنسان.

وفي هذا الإطار فان المجتمع المدني يظل مطالبا في نخبته من حقوقيين وكتاب وصحفيين بدور أكثر فاعلية في العمل من أجل إلغاء عقوبة الإعدام من التشريعات المحلية معتمدا في ذلك علي إقامة الندوات والمحاضرات والورش التي تهدف لنشر الوعي بخطورة الاستخدام العمدي للعقوبة والأثر الذي يتركه ذلك علي المجتمعات المحلية .

إن وقف التقنين والتنفيذ لعقوبة الإعدام في الدول العربية لمطلب أساسي تسعي له المنظمات الحقوقية العربية ليس من قبيل الدفاع عن حقوق الإنسان فقط بقدر ما هو إعادة لانسنة الدولة وصياغة ميثاق جديد في علاقتها بمواطنيها وضمان لقدرتها علي الصمود والتقدم في مجتمع صار الإنسان عنصره الحاسم والرئيسيِ.

وتناشد التحالفات العربية لمناهضة عقوبة الإعدام القضاء في البلدان العربية الإحتذاء بالقضاء اللبناني (محكمة التمييز) بعدم الحكم بعقوبة الإعدام واستبدالها بعقوبة أخرى، من خلال فسخ كافة الأحكام الصادرة عن محاكم الجنايات القاضية بإنزال عقوبة الإعدام.

 


الموقعون :

1-       التحالف العربي لمناهضة عقوبة الإعدام .

2-       التحالف المصري لمناهضة عقوبة الإعدام.

3-       الائتلاف المغربي من إجل إلغاء عقوبة الإعدام.

4-       الائتلاف الوطني التونسي لإلغاء عقوبة الإعدام.

5-       التحالف الفلسطيني لمناهضة عقوبة الإعدام.

6-       الحملة اللبنانية لمناهضة عقوبة الإعدام.

7-       التحالف اليمني لمناهضة عقوبة الاعدام.

8-       التحالف الأردني لمناهضة عقوبة الإعدام.

9-       التحالف الموريتاني لمناهضة عقوبة الإعدام .

10- اللجنة التحضيرية للتحالف العراقي لمناهضة عقوبة الإعدام.

11- الجمعية البحرينية لحقوق الإنسان.

12- لجان الدفاع عن الحريات الديمقراطية وحقوق الإنسان في سورية.

13- مظلة العمل الكويتية « معك ».

 

Lotfi AZZOUZ

11 octobre, 2008

Cher (e)s ami(e)s, La coalition nationale Tunisienne Contre la peine de Mort organise une campagne pour l’Abolition de cette lourde peine qui nuit à l’humanité Pour nous aider veuillez signer la pétition adressée au président du parlement Tunisien Fouad Mébazzaâ

Classé sous Non classé — cntcpm @ 14:55

Cher (e)s ami(e)s, La coalition nationale Tunisienne Contre la peine de Mort organise une campagne pour l'Abolition de cette lourde peine qui nuit à l'humanité Pour nous aider veuillez signer la pétition adressée au président du parlement Tunisien Fouad Mébazzaâ   doc lettreauparlement.doc

Cher (e)s ami(e)s, La coalition nationale Tunisienne Contre la peine de Mort organise une campagne pour l’Abolition de cette lourde peine qui nuit à l’humanité Pour nous aider veuillez signer la pétition adressée à M. Béchir Tekkari, Ministre tunisien de la Justice et des Droits de l’Homme

Classé sous Non classé — cntcpm @ 14:49

Cher (e)s ami(e)s, La coalition nationale Tunisienne Contre la peine de Mort organise une campagne pour l'Abolition de cette lourde peine qui nuit à l'humanité Pour nous aider veuillez signer la pétition adressée à M. Béchir Tekkari, Ministre tunisien de la Justice et des Droits de l’Homme  doc lettreauministre.doc

Cher(e)s ami(e)s, la coalition nationale Tunisienne Contre la peine de Mort organise une campagne pour l’Abolition de cette lourde peine qui nuit à l’humanité Pour nous aider veuillez signer la petition adressée au President de la Republique Tunsienne Mr.Zine el-Abidine Ben Ali

Classé sous Non classé — cntcpm @ 14:42

Cher(e)s ami(e)s, la coalition nationale Tunisienne Contre la peine de Mort organise une campagne pour l'Abolition de cette lourde peine qui nuit à l'humanité Pour nous aider veuillez signer la petition adressée au President de la Republique Tunsienne Mr.Zine el-Abidine Ben Ali   doc lettreaupresident3.doc

28 septembre, 2008

Invitation:pour un monde sans peine de mort

Classé sous Non classé — cntcpm @ 12:40

Invitation

 

À l’occasion de la journée mondiale contre la peine de mort le 10 Octobre, AMNESTY INTERNATIONAL TUNISIE vous invite à la manifestation « pour un monde sans peine de mort » et cela pour le vendredi 10octobre 2008 à 15h30mn au local central de la section 67 rue Oum Khalthoum ,Tunis 1000

 

Le programme

 

15h30mn : la conférence « le militantisme de la communauté internationale et de la société civile Tunisienne pour l’abolition de la peine de mort »: présentée par Maitre Rabeh Khrayfi

15h50mn à : « le projet de loi pour l’abolition de la peine de mort » : présentation par les députés  

16h05mn: débats

17h05mn: pause café

17h15mn: la conférence  » la peine de mort dans le monde arabe et l’Islam  » présentée par Sami Brahem

17h35mn: débat

 

Lotfi AZZOUZ

دعوة : من اجل عالم بلا عقوبة الاعدام

Classé sous Non classé — cntcpm @ 9:09

دعوة

 

يتشرف الفرع التونسي لمنظمة العفو الدولية بدعوتكم لحضور التظاهرة التي ينظمها بمناسبة اليوم العالمي لإلغاء عقوبة الإعدام  » من اجل عالم بلا عقوبة الإعدام » وذلك يوم الجمعة

 10 أكتوبر 2008  على الساعة 15 و30 دقيقة ، بمقره الكائن ب 67 شارع أم كلثوم تونس 1000المدرج ب، الطابق الثالث.

 

البرنامج

 

الساعة 15 و30 دق الى 15 و50دق: مداخلة  » نضالات المجتمع الدولي والمجتمع المدني التونسي من اجل إلغاء عقوبة الإعدام » تقديم الأستاذ رابح الخرايفي

الساعة 15و 50دق الى16 و05 دق:مداخلة « مشروع القانون المقدم من طرف أعضاء البرلمان من اجل إلغاء عقوبة الإعدام »: تقديم عضو البرلمان عبد الملك العبيدي

الساعة 16 و05دق إلى 16 و55دق : نقاش

الساعة 16 و 55دق إلى 17 و05دق: استراحة قهوة

الساعة 17 و05 دق إلى 17و25 دق : مداخلة  » عقوبة الإعدام في البلدان العربية والإسلام »

تقديم الأستاذ سامي براهم

الساعة 17و 25دق: نقاش

الساعة 18 و15 دق: الاختتام

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

19 septembre, 2008

entretien Maître Radhia Nasraoui: » l’affaire Soliman « 

Classé sous communiqués — cntcpm @ 9:17

15-02-2008

« Pire qu’une parodie de justice, une mascarade ! »

RadhiaNassraoui
Maître Radhia Nasraoui, avocate d’ Imed Ben Ameur, condamné à mort en Tunisie le 29 décembre dernier dans le cadre de « l’affaire Soliman », défend aujourd’hui son client en appel.
L’avocate, membre du Collectif du 18 octobre* pour les Droits et les Libertés en Tunisie, se montre très critique à l’égard du gouvernement Tunisien sur la question des droits de l’homme.

Où en est la procédure d’appel, engagée après la condamnation de trente prévenus du « groupe de Soliman » accusés de terrorisme, par la 4e chambre du Tribunal de première instance de Tunis ?
Nous sommes en pleine procédure ! Depuis le 15 janvier, nous enchaînons les audiences auprès de la Cour d’appel. Mais il y a beaucoup de condamnés, la procédure risque d’être longue et nous ne savons pas quand sera rendu le jugement.
Nous espérons néanmoins que la présence d’observateurs délégués par les associations internationales nous permettra d’obtenir un verdict juste.

Que demandez-vous en appel ?

Que le premier jugement soir cassé ! Nos clients ont été littéralement privés de jugement en première instance. Le verdict rendu en décembre l’a été à l’issu d’une véritable parodie de procès… Pire : d’une mascarade !
Les accusés ont été torturés en détention et tabassés au sein même de la cour ! De notre côté, nous n’avons jamais pu travailler dans de bonnes conditions, le juge a refusé toutes nos requêtes et nous n’avons même pas pu plaider… (lire par ailleurs)
Si nous le pouvions, nous demanderions que les accusés soient à nouveau jugés en première instance, mais cela est impossible. Nous demandons donc que le premier jugement soit cassé.

Vous évoquez les observateurs des ONG, mais n’étaient-ils pas présents lors du procès en première instance ?
Vous savez, nous luttons aujourd’hui contre un adversaire qui ne recule devant aucune méthode pour aboutir à ses fins.
En première instance par exemple, les autorités ont profité de la période de Noël, durant laquelle les ONG occidentales n’étaient pas présentes en Tunisie, pour expédier l’affaire. A chaque fois que les avocats de la Fédération Internationale de droits de l’Homme (FIDH) ou d’Amnesty International étaient présents, les audiences étaient reportées.
Le tabassage des prévenus par la police, en pleine audience, a eu lieu alors que les observateurs n’étaient pas là, comme le jugement final, rendu en période de Noël, à l’issue de l’audience du 29 décembre…
Nous avons à faire à des gens organisés et patients. Mais cette fois, en appel, les observateurs seront présents à toutes les audiences, quel que soit leur nombre.

Votre client a été condamné à mort, pourquoi ?
Justement, pourquoi ? Et pourquoi lui ? Et pourquoi deux condamnés à mort sur trente accusés ? Pourquoi pas six, sept, dix ou vingt ?!
Les accusés jugés au cours de ce procès ne sont pas ceux qui avaient utilisés des armes contre les forces de police et l’armée. Ceux-là sont morts dans les affrontements, c’est un fait avéré.
On reproche à mon client d’être un terroriste. Mais je vais vous dire : aucune preuve concrète n’a été apportée au cours du procès.
Mon client s’estime victime d’un harcèlement parce qu’il est salafiste. Il arbore des signes religieux, il porte la barbe. Pour ça, il a été persécuté, torturé. On lui reproche d’avoir essayé de prendre la fuite ? Mais face à une justice arbitraire, après avoir entendu ce qu’avaient subi les condamnés arrêtés avant lui, n’importe qui aurait essayé de prendre la fuite.
J’ai vu les traces des sévices que les accusés ont subi en détention : des brûlures de cigarettes au niveau du ventre, des coups au niveau des jambes, les traces que les menottes ont laissées sur leurs poignets… Il s’est passé des choses très graves en amont de ce procès.

Il n’y a pas eu d’exécution en Tunisie depuis 1994, comment expliquez vous que les tribunaux du pays condamnent toujours à mort ?
Je ne l’explique pas. Aujourd’hui, il y a encore une dizaine de condamnations à mort prononcées chaque année par les tribunaux Tunisiens. D’un côté, la Tunisie ratifie les protocoles internationaux contre la torture et la peine de mort et notre président fait de belles déclarations dans les journaux occidentaux. De l’autre les autorités expliquent qu’elles ne peuvent pas abolir la peine de mort en se basant sur la Charia. Et les condamnations continuent.
Par ailleurs, je vous rappelle qu’il n’y aurait « officiellement » pas eu d’exécutions depuis 1994. Dans les faits, la liberté de la presse ou de l’opposition sont dans un tel état en Tunisie que cela reste difficile à vérifier.

La médiatisation de ce type d’affaire peut néanmoins faire avancer les choses…
Oui, mais les campagnes de sensibilisation de l’opinion publique sont très difficiles à mener. Avec le Collectif du 18 octobre, nous organisons par exemple des réunions publiques, pour essayer de soulever ces problématiques. Nous militons contre la pratique de la torture, pour l’abolition de la peine de mort. Mais c’est dur. Il n’y a pas de liberté de la presse réelle en Tunisie. La plupart des médias sont aux mains du gouvernement et les rares médias « libres » marchent sur des œufs. Ils ne peuvent pas prendre de risques.
La présence et la mobilisation d’ONG de défense des droits humains est donc très importante pour nous. Grâce à elles, nous pouvons attirer l’attention de l’opinion publique internationale sur ce qui se pratique dans notre pays.

Propose recueillis par Antoine Deshusses

*Fondé le 18 octobre 2005, à la veille du Sommet mondial sur la société de l’information (SMSI) de Tunis, ce collectif regroupe les principaux politiques partis de l’opposition tunisienne, des opposants tunisiens, des associatifs. Il lutte en faveur des libertés et déplore « la dégradation continue de la situation politique » en Tunisie.

(http://www.abolition.fr/ecpm/french/article-dossier.php?dossier=24&art=544)

Lotfi AZZOUZ

10 juillet, 2008

La Lutte contre la peine de mort dans le monde arabe

Classé sous documents,Non classé,textes — cntcpm @ 12:32

La Lutte contre la peine de mort dans le monde arabe dans documents pdf La Lutte contre la peine de mort dans le monde arabe

Rapport de la Coalition mondiale :

La Lutte contre la peine de mort dans le monde arabe
Acteurs, arguments et perspectives
Juin 2008
Auteur : Mona Chamass

lien :

http://www.worldcoalition.org/modules/wfdownloads/singlefile.php?cid=30&lid=156&sel_lang=french

Version française

16 avril, 2008

Condamnations à mort et exécutions recensées en 2007

Classé sous documents,textes — cntcpm @ 14:40

Condamnations à mort et exécutions recensées en 2007

DOCUMENT PUBLIC

Condamnations à mort et exécutions recensées en 2007 dans documents OpenOfficeContentTransformer-target-55024_html_4018bbd6

AMNESTY INTERNATIONAL

OpenOfficeContentTransformer-target-55024_html_4018bbd6 dans textes


Condamnations à mort
et exécutions recensées en 2007

OpenOfficeContentTransformer-target-55024_html_5c604de1

SOMMAIRE

Introduction 4

1. Comment sont calculés les totaux 5

2. Comment lire les tableaux 5

3. Exécutions recensées en 2007 6

4. Condamnations à mort recensées en 2007 7

5. Analyse des chiffres relatifs à la peine de mort 8

Introduction

Au cours de l’année 2007, au moins 1 252 exécutions ont été recensées dans 24 pays et au moins 3 347 condamnations à mort dans 51 pays. Ces chiffres reflètent uniquement les cas dont Amnesty International a eu connaissance et sont certainement en deçà de la réalité.

De nombreux pays tels que la Chine, la Malaisie, la Mongolie et Singapour procèdent aux exécutions dans le secret et refusent de divulguer des informations sur le recours à la peine capitale. Les Nations unies ont demandé à maintes reprises que ce châtiment, s’il est appliqué, le soit uniquement de manière claire et transparente.

Dans sa résolution 1989/64, adoptée le 24 mai 1989, le Conseil économique et social priait ainsi instamment les États membres des Nations unies « de publier, si possible chaque année, pour chaque catégorie d’infractions passibles de la peine de mort, des renseignements sur le recours à la peine de mort, y compris le nombre des personnes condamnées à mort, le nombre des personnes effectivement exécutées, le nombre des personnes sous le coup d’une condamnation à mort, le nombre des condamnations à mort rapportées ou commuées en appel et le nombre de cas dans lesquels la grâce a été accordée, ainsi que des renseignements sur la mesure dans laquelle les garanties susvisées sont incorporées dans la législation nationale. »

Dans sa résolution 2005/59, adoptée le 20 avril 2005, la Commission des droits de l’homme des Nations unies engageait tous les États maintenant la peine de mort à « rendre publics les renseignements concernant l’application de la peine de mort et toute exécution prévue ».

Le rapporteur spécial des Nations unies sur les exécutions extrajudiciaires, sommaires ou arbitraires a par ailleurs déclaré : « La transparence est essentielle chaque fois que la peine de mort est appliquée. Le fait de garder le secret au sujet des personnes exécutées constitue une violation des normes relatives aux droits de l’homme. Un compte rendu complet et précis de toutes les exécutions devrait être publié et un rapport d’ensemble établi au moins chaque année. »1

1. Comment sont calculés les totaux

Les chiffres annuels donnés par Amnesty International pour les condamnations à mort et les exécutions sont des estimations a minima. Lorsque l’organisation établit les totaux sur la base des informations qu’elle a recueillies, elle utilise le chiffre le plus élevé qu’elle puisse extraire de ces données sans risque d’erreur. Ainsi, lorsque Amnesty International sait que trois exécutions au moins ont eu lieu, le chiffre retenu est trois. Si elle sait qu’il y a eu des exécutions mais n’en connaît pas le nombre, cela est indiqué cette année au moyen du signe +.

2. Comment lire les tableaux

Si un chiffre est suivi du signe +, cela veut dire qu’il s’agit d’un chiffre minimum (il peut y avoir eu davantage d’exécutions). Ainsi, 47 + signifie qu’au moins 47 exécutions ont eu lieu en 2007.

Si le signe + n’est pas précédé par un chiffre, cela veut dire qu’Amnesty International sait que des exécutions (plus d’une) ont eu lieu mais qu’elle en ignore le nombre.

3. Exécutions recensées en 2007

Pays

Exécutions

Amnesty International craint que, comme l’année dernière, des exécutions n’aient eu lieu en Malaisie et en Mongolie. Toutefois, en raison du secret qui entoure le recours à la peine capitale dans ces deux pays, l’organisation n’a pas été en mesure d’obtenir des informations fiables.

4. Condamnations à mort recensées en 2007

Pays

Condamnations à mort

Les chiffres mentionnés ci-dessus renvoient aux condamnations à mort dont Amnesty International a eu connaissance. Il est possible que d’autres pays aient prononcé des sentences capitales qui n’aient pas été signalées.

5. Analyse des chiffres relatifs à la peine de mort

Comme les années précédentes, l’immense majorité des exécutions signalées dans le monde ont été le fait d’un très petit nombre d’États. En 2007, 88 p. cent des exécutions recensées ont eu lieu dans cinq pays : la Chine, l’Iran, l’Arabie saoudite, le Pakistan et les États-Unis. L’Arabie saoudite présentait le taux d’exécutions par habitant le plus élevé ; elle était suivie par l’Iran et la Libye.

L’année dernière, les autorités chinoises se sont de nouveau refusées à publier des statistiques sur le recours à la peine de mort dans le pays, dissimulant au reste du monde le nombre des personnes à qui elles avaient ôté la vie. Cependant, les exécutions ont probablement connu un net recul, la Cour populaire suprême étant de nouveau chargée, depuis le 1er janvier 2007, de réexaminer toutes les sentences capitales. Amnesty International a recensé 470 exécutions pendant l’année, mais ce chiffre, basé sur les informations publiques disponibles, était très en deçà de la vérité. Selon la Fondation Dui Hua, basée aux États-Unis, qui s’appuie sur des données obtenues auprès de responsables chinois au niveau local, le nombre réel d’exécutions pour 2007 avoisinerait les 6 000. Dans un pays aussi vaste que la Chine, où les médias et, plus généralement, la diffusion de l’information sont étroitement surveillés, les pouvoirs publics sont les seuls à avoir connaissance des chiffres exacts.

En juin 2007, les autorités chinoises ont affirmé que le nombre de condamnations à mort avait baissé de 10 p. cent depuis qu’il était prévu qu’elles soient réexaminées par la Cour populaire suprême ; toutefois, aucun chiffre précis n’a été communiqué pour étayer ces déclarations. La procédure de réexamen devant cette juridiction allonge le laps de temps entre la condamnation et l’exécution ; en conséquence, de nombreuses exécutions prévues ont probablement été différées.Amnesty International se féliciterait de toute baisse du nombre d’exécutions en Chine, pays où la peine capitale est le plus appliquée au monde. À l’heure où Pékin s’apprête à accueillir les Jeux olympiques, l’organisation exhorte le gouvernement chinois à mettre un terme au secret qui entoure la peine de mort et à communiquer des informations détaillées sur l’application de ce châtiment. Cette transparence est la condition indispensable à la tenue d’un débat approfondi et éclairé sur la pertinence du recours à la peine capitale.

En 2007, l’Iran a exécuté au moins 317 personnes, l’Arabie saoudite 143 et le Pakistan 135. Dans tous les cas, il s’agit d’estimations a minima. Aux États-Unis, 42 condamnés à mort ont été exécutés dans 10 États.

À l’échelle mondiale, il est difficile de connaître le nombre total de condamnés à mort qui sont actuellement dans l’attente de leur exécution. À la fin de l’année 2007, d’après les données communiquées par des groupes de défense des droits humains, les informations relayées par certains médias et les statistiques officielles disponibles, ce chiffre était compris entre 18 311 et 27 562.2

Pendant l’année, trois pays ont exécuté des mineurs délinquants (personnes âgées de moins de dix-huit ans au moment des faits qui leur sont reprochés).3Ainsi, Mohammad Mousawi (âgé de seize ans au moment de l’infraction), Said Quanbar Zahi (âgé de dix-sept ans lorsqu’il a été exécuté) et Makwan Moloudzadeh (âgé de treize ans au moment des faits) ont été tués en Iran le 22 avril, le 27 mai et le 4 décembre respectivement. Dhahian Rakan al Sibaii, qui avait quinze ou seize ans au moment du crime dont il a été reconnu coupable, a été exécuté en Arabie saoudite le 21 juillet 2007. Adil Muhammad Saif al Maamari, pour sa part, a été exécuté au Yémen en février 2007 – il était âgé de seize ans au moment des faits pour lesquels il a été condamné.

La version originale en langue anglaise de ce document a été publiée par Amnesty International, Secrétariat international, Peter Benenson House, 1 Easton Street, Londres WC1X 0DW, Royaume-Uni, sous le titre :
Death Sentences and Executions in 2007.

La version française a été traduite et diffusée aux sections francophones et au Secrétariat international
par LES ÉDITIONS FRANCOPHONES D’AMNESTY INTERNATIONAL - ÉFAI – avril 2008.

Vous pouvez consulter le site Internet des ÉFAI à l’adresse suivante :http://www.efai.org

11 Droits civils et politiques, notamment les questions concernant les disparitions et exécutions sommaires. Exécutions extrajudiciaires, sommaires ou arbitraires. Rapport du Rapporteur spécial, M. Philip Alston, doc. ONU E/CN.4/2005/7, 22 décembre 2004, par. 87.

2 Pour en savoir plus, consultez le site suivant (en anglais) : http://www3.sympatico.ca/aiwarren/global.htm

3 L’exécution de mineurs délinquants est interdite aux termes de la Convention relative aux droits de l’enfant. De même, l’article 6-5 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques dispose : « une sentence de mort ne peut être imposée pour des crimes commis par des personnes âgées de moins de 18 ans ».

15 avril 2008

Index AI : ACT 50/001/2008 – ÉFAI

La peine de mort, une pratique entourée de secret

Classé sous communiqués,documents — cntcpm @ 14:38

La peine de mort, une pratique entourée de secret

Action peine de mort lors du Conseil international d’Amnesty International (2007).

© Amnesty International

15 avril 2008

Au moins 1 200 personnes ont été exécutées en 2007, et un bien plus grand nombre encore ont été tuées en secret par l’État dans des pays tels que la Chine, la Mongolie et le Viêt-Nam.

Ces chiffres sont extraits du rapport d’Amnesty International Condamnations à mort et exécutions recensées en 2007, publié mardi, qui présente des statistiques annuelles et indique qu’au moins 1 252 personnes ont été exécutées dans 24 pays et qu’au moins 3 347 ont été condamnées à mort dans 51 pays. Le nombre total de personnes actuellement sous le coup d’une sentence capitale dans le monde avoisinerait les 27 500.

Les statistiques compilées par Amnesty International font également apparaître une augmentation du nombre des exécutions dans plusieurs pays. Ainsi, en 2007, l’Iran a exécuté 317 personnes au moins, l’Arabie saoudite 143 et le Pakistan 135, contre 177, 39 et 82 respectivement en 2006.

Au cours de l’année 2007, 88 p. cent des exécutions recensées ont eu lieu dans cinq pays : l’Arabie saoudite, la Chine, les États-Unis, l’Iran et le Pakistan. L’Arabie saoudite présentait le taux d’exécutions par habitant le plus élevé ; elle était suivie par l’Iran et la Libye. Amnesty International est en mesure d’affirmer que les autorités chinoises ont procédé à au moins 470 exécutions, ce chiffre étant le plus élevé de tous. L’organisation a cependant précisé que le nombre véritable d’exécutions ayant eu lieu en Chine était certainement beaucoup plus important.

En Chine, pays qui exécute le plus au monde, les informations sur la peine capitale relèvent du secret d’État. Comme les invités des Jeux olympiques et le reste du monde s’en doutent, les autorités chinoises sont les seules à connaître le nombre exact de personnes qui ont été tuées avec leur aval.

« Le recours secret à la peine capitale doit cesser : le voile qui entoure l’application de ce châtiment doit être levé. De nombreux États affirment procéder aux exécutions avec l’appui de la population. Les gens ont donc le droit de savoir ce qui est fait en leur nom », a déclaré Amnesty International.

En 2007, de nombreux pays ont continué à prononcer des condamnations à mort pour des crimes qui ne sont généralement pas considérés comme des infractions pénales, ou à l’issue de procédures inéquitables. Par exemple :

  • Jafar Kiani, père de deux enfants, a été exécuté par lapidation pour adultère en Iran en juillet.
  • Un directeur d’usine âgé de soixante-quinze ans a été fusillé par un peloton d’exécution en Corée du Nord en octobre pour avoir omis de déclarer sa situation familiale, pour avoir investi ses propres capitaux dans l’usine, pour avoir nommé ses enfants à des postes de direction au sein de l’établissement et pour avoir passé des appels téléphoniques à l’étranger.
  • Mustafa Ibrahim, un ressortissant égyptien, a été décapité pour sorcellerie en Arabie saoudite en novembre.
  • Michael Richard a été exécuté le 25 septembre au Texas (États-Unis) après qu’un tribunal de cet État eut refusé de différer d’un quart d’heure la fermeture de ses locaux pour lui permettre de former un recours remettant en cause la constitutionnalité des exécutions par injection létale. Ses avocats n’avaient pas réussi à déposer ce recours dans les temps en raison de problèmes informatiques – des problèmes qu’ils avaient déjà signalés au tribunal. La Cour suprême des États-Unis avait ensuite refusé d’empêcher l’exécution. Le même jour, pourtant, elle avait accepté de réexaminer la question de l’injection létale dans le cadre d’une affaire concernant le Kentucky et cette décision aurait dû entraîner un moratoire de facto sur toutes les exécutions par injection létale prévues sur l’ensemble du territoire des États-Unis. L’arrêt de la Cour suprême est attendu dans le courant de l’année 2008.

Trois pays (l’Iran, l’Arabie saoudite et le Yémen) ont exécuté des personnes qui avaient moins de dix-huit ans au moment du crime dont elles avaient été reconnues coupables, ce qui est contraire au droit international.

Cependant, l’année 2007 a aussi été marquée par des bonnes nouvelles. L’Assemblée générale des Nations unies s’est ainsi prononcée – par 104 voix contre 54, avec 29 abstentions – en faveur de la fin de l’application de la peine capitale.

« L’Assemblée générale des Nations unies a pris la décision historique d’appeler tous les pays du monde à cesser de procéder à des exécutions. Le fait que cette résolution ait été adoptée en décembre à une aussi nette majorité montre que l’abolition universelle de la peine de mort est possible, a déclaré Amnesty International.

« Priver une personne de la vie est l’un des actes les plus graves que l’État puisse commettre. Amnesty International engage tous les États à suivre les recommandations des Nations unies en abolissant définitivement la peine capitale », a ajouté l’organisation.

Pour en savoir plus

Breakthrough UN resolution on global moratorium on executions (nouvelle, 15 novembre 2007).
Condamnations à mort et exécutions recensées en 2007
La peine de mort dans le monde en 2007 : chiffres, commentaires et exemples de cas

1234

ACO Thorigny |
IPSAD |
s.o.s. animaux les bleuets |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Un Pas vers toi, adoptions
| U.N.A.A.P.E
| fse60